Découvrir l'ULM

Découvrir l'ULM la passion, la liberté et la responsabilité

Apprendre à piloter

Du rêve à la réalité à tout âges :

Vous avez la possibilité de poursuivre dans une formation de pilote ULM selon la classe de votre choix.

A l’issue de la formation vous obtiendrez votre brevet de pilote en qualité de commandant de bord responsable de la conduite et de la sécurité de vos vols.

 

L’ULM :

C'est la possibilité de s'envoler en l’air sans contrainte inutile.

C'est la possibilité de posséder son propre aéronef pour un budget équivalent à celui d’une auto.

C'est la possibilité de le garer chez soi, en s’envolant du « jardin ».

C'est la possibilité de voyager, même loin.

C'est l'assurance de se faire plaisir, à chaque vol.

C'est l'assurance de rencontrer des gens passionnants parce que passionnés.

C'est être responsable, aussi bien de son appareil, que de ses vols, de son attitude. Alors, qu'attendez-vous ?!...

Il se distingue de l’avion par ses caractéristiques techniques, un ULM ne peut notamment transporter que 2 personnes au maximum (le pilote + 1 passager). La sécurité Aujourd’hui les machines ont gagné en fiabilité, en performance, en qualité de vol, autorisant une pratique plus facile et plus sûre. La formation s'est rationalisée et structurée. Des avancés technologiques complètent cette sécurité avec le parachute structurel et les airbags.

 
 

Le brevet de pilote

Pour obtenir le brevet de pilote ULM, quelque soit la classe concernée, il faut :

- Avoir 15 ans révolus ;

- Etre titulaire du certificat théorique tronc commun, délivré par l’Aviation Civile. (Examen sous forme de QCM, organisé par les délégations territoriales).

- Avoir satisfait, auprès d’un instructeur de la classe correspondante, à :

Une épreuve au sol. (Contrôle des connaissances théoriques de la classe d’ULM pratiquée).

Une épreuve en vol. (Vérification des procédures et de l’aptitude à piloter un ULM en toute sécurité.

Peut se réaliser en contrôle continu, ou par un vol spécifique).

L’instructeur établit les différentes attestations, qui seront exigées par la délégation territoriale de rattachement, pour la délivrance du brevet de pilote.

 

LES EQUIVALENCES Depuis l’arrêté du 4 mai 2000, il n'y a plus d'équivalence.

Si vous êtes titulaire d'un brevet de pilote avion, d'hélicoptère, de planeur ou de ballon libre, ou encore d'une licence étrangère, vous êtes uniquement dispensé du certificat d'aptitude théorique commun ULM. Il convient de passer la partie théorique spécifique à la classe d'ULM choisie et la pratique auprès d'un instructeur.

 

L'EMPORT PASSAGER Après une expérience suffisante en tant que pilote monoplace (de l’ordre de 40h), vous pouvez passer le test « emport de passager » avec un instructeur de la classe pratiquée. Cet examen se prépare en se référant au programme fédéral.

 

Les différentes classes

Une diversité de pratiques qui  se caractérise aussi par la diversité des classes proposées :

Le PARAMOTEUR :  le parachute motorisé.

LE PENDULAIRE : à l’origine de l’ULM, la moto du ciel.

LE MULTIAXES : l’avion très léger en classique ou tricycle.

LE BALLON : suspendu au temps.

L’AUTOGIRE :  la voilure tournante libre.

L’HELICOPTERE : le dernier né de l’ULM.

 

La formation

Le coût de la formation.

Il sera dépendant de plusieurs facteurs. Une formation en paramoteur, décollage à pieds, sera la moins onéreuse. Le coût de la formation en pendulaire, multiaxe ou autogire sera du même ordre de grandeur, mais pouvant varier du simple au double entre un élève "habile" pratiquant le pendulaire et un élève "moins habile" pratiquant l'autogire.

 

A titre d'exemple, voici un ordre d'idée du coût pour l'obtention du brevet :

- formation en paramoteur, de 800 à 1200 euros

- formation en pendulaire, multiaxe ou autogire, de 2000 à 4000 euros : le coût de l'heure de vol revient en moyenne à 110 euros.

Il est plus élevé en autogire (dans les 150 euros) du fait que cet appareil consomme plus de carburant qu'un multiaxe ou un pendulaire. La majorité des instructeurs vous dispensera également une formation théorique sans supplément si vous êtes en formation.

Il faut noter qu' en ULM, contrairement à l'aviation certifiée (avion ou planeur), la grande majorité des écoles sont des structures professionnelles. L'instructeur travaille à son compte, et dans le coût de l'heure de vol sont pris en compte l'amortissement de sa machine école, son entretien, le carburant et la prestation de l'instructeur.

 

La durée de la formation.

Beaucoup d'école de paramoteur proposent des stages d'un semaine avec obtention du brevet en fin de semaine.

Ce n'est que très rarement le cas dans les autres classes, car l'enseignement est assez différent.

Vous étalerez donc votre formation sur plusieurs semaines, l' idéal étant de pouvoir prendre deux leçons de 40 minutes à une heure par semaine, afin de ne pas trop perdre entre deux vols consécutifs.

A ce rythme, notre élève "habile" pourra obtenir son brevet en 2 à 3 mois (il faut également penser à la météo, qui va fortement dépendre de la saison à laquelle vous débutez) en ayant fait une quinzaine d'heures de vol.

Notre élève "moins habile" aura lui besoin de peut-être 30 heures de vol, mais il n'en sera pas moins bon pilote à la fin.

La troisième dimension, cela s'apprend, ce n'est pas naturel, et chacun doit s'accoutumer à son propre rythme.

 

La moyenne des heures de vol à effectuer pour être breveté se situe entre 20 et 25 heures.

 

Et après l'obtention du brevet ?

C'est forcément une question à se poser avant de commencer sa formation. Si vous passez le brevet ULM paramoteur, vous envisagez certainement d'acquérir par la suite un ensemble paramoteur-voile.

Les coûts varient de 3000 euros en occasion à 7000 euros ou plus en neuf. Tout ce matériel trouvera sa place dans votre garage et dans le coffre de votre voiture pour aller sur un terrain agréé.

 

Si vous passez un brevet ULM autre que le paramoteur, il existe peu de structures qui vous loueront un appareil pour voler une fois breveté. Ce sera peut-être une question à poser lorsque vous choisirez une école.

Sinon, vous devrez acheter votre ULM. Les coûts ne sont pas excessifs.

Pour exemple, on trouve en occasion des pendulaires en monoplace dans les 5000 euros et dans les 8000 euros en biplace.

Les tarifs sont identiques en multiaxe.

Quant à l'autogire, le marché de l'occasion est faible, et les coûts bien plus élevés (10000 euros un monoplace, au moins 30000 euros un biplace en occasion).

Ensuite, pour abriter votre beau jouet, ce sera soit chez vous si vous avez acquis un appareil pliable ou facilement démontable, soit sur une base ULM, mais les places sont rares. Pensez-y avant également.

 

Progression.

Lorsque vous aurez fait vos armes en solo, vous pourrez passer un examen en vol avec un instructeur qui vous délivrera l'autorisation d' emmener avec vous un passager et de lui faire découvrir les plaisirs de notre activité !

 

Vous pourrez également passer une qualification en radiotéléphonie si vous désirez accéder aux aérodromes contrôlés, vous perfectionner ensuite à la navigation aérienne, ...

Et vous pourrez à votre tour devenir instructeur ULM, faire de la compétition (Championnats Régional, de France et du Monde), ...

 

Ca y est, vous êtes tenté par un de ces aéronef ultra-léger ? Avant  toute chose, rencontrez un instructeur qualifié dans la classe concernée pour faire un vol d'essai. Ce vol d' accoutumance confirmera (ou non) si c'est cet aéronef qui vous convient...

 

Lorsque vous vous engagerez, votre formation comprendra une partie théorique, avec un examen sous forme de QCM à passer dans les locaux de la DAC nord ou autres, et une partie pratique de formation avec votre instructeur, qui vous délivrera le brevet de manière autonome (pas de contrôle officiel comme pour la partie théorique), lorsqu'il vous jugera apte, et que vous aurez réussi avec succès l'examen théorique.

 

Jeunes pilotes

Aide financière pour les jeunes pilotes.

A noter que pour les jeunes de moins de 25 ans, une allocation pouvant atteindre 552 euros pourra être accordée si la formation se fait dans une structure ayant obtenu le label fédéral. Infos sur les aides fédérales>>>

D'autres possibilités sont proposées aux jeunes notamment l'accès au Brevet d'initiation à l'aéronautique. Le BIA, diplome national est préparé dans les établissements scolaires et/ou dans les clubs aéronautiques et en particulier en ULM. Informez vous auprès de votre clubs ou collège/lycée ainsi que le Comité Régional ULM Ile-de-France. Infos sur le BIA>>>

Voler au féminin

4% seulement, des pilotes licenciés à Fédération sont des femmes. Il n’y a, à mon sens, pas de raisons majeures à cette faible représentation, sinon des conditionnements sociaux.

Pour certains, il faut « oser » voler. Pour moi, il faut surtout en avoir envie ! Notre fédération nationale (FFPLUM) s’est dotée, en 2005, d’une commission « voler au féminin » afin d’initier des actions sur le terrain, pour conduire ce message : Mesdames volez, voyagez et partez à la découverte de nos belles régions !

Monique Bouvier

Présidente de la Commission féminine

 
 

Vol adapté

La commission fédérale de la FFPLUM ''Vols Adaptés'' a pour rôle d'informer, d'orienter et d'aider tous ceux pour qui l'accessibilité ou le pilotage d'un ULM standard peut présenter quelques difficultés.

Le Comité Régional ULM d'Ile-de-France accompagne les structures d'IDF dans la mise en place d'actions en faveur des pilotes  porteurs d'handicaps.

Des structures Franciliennes dynamiques

Les structures et les clubs proposent toute l’année baptême, initiation, formation, compétition, spécialisation et ballade. Avec des professionnels passionnés et responsables qui sauront vous accompagner à vos rythmes et moyens dans vos découverte et pratique. Elles vous accompagnent dans l’accès à la location, à la propriété de votre ULM avec de services de parking, de maintenance et de réparation.

 

Un label fédéral: Pour garantir une formation de qualité, la FFPLUM délivre selon un référentiel exigeant, son label aux clubs. Ce label apporte l'assurance de trouver dans le cursus de formation un environnement favorable à l'apprentissage du pilotage des U.L.M.

 

Du vol local à la belle ballade. Des infrastructures historiques et modernes afin de découvrir ou réaliser vos vols en ULM. De la base ULM basique, accueillante et agréable à l’aérodrome contrôlé multiservices, la région idf est dotée d’un panel d’infrastructures aéronautiques important.

Retrouvez ces éléments dans le document "Flyer" dans le menu STRUCTURE.

 
 

Les pôles

Avec le souci constant d'améliorer la sécurité, la FFPLUM a créé des pôles spécifiques de formation.

  • Le Pôle National Vol Montagne basé dans les Hautes-Alpes à Gap.

  • Le Pôle National Vol Hydro ULM basé dans la capitale de l'hydravion à Biscarrosse.

La pratique de ces deux activités implique d'acquérir des connaissances indispensables, c'est la raison pour laquelle la Fédération a mis en place dans le cadre d'un programme labéllisé, un cursus précis et adapté qui est dispensé dans plusieurs centres labellisés.

Bien que non obligatoire les pilotes conscients de leur responsabilité ayant le souci de sécuriser au maximum leurs pratiques ont la possibilité de suivre des stages organisés tout au cours de l'année.